Portrait d'entreprise


ALIPH : Protéger le patrimoine pour construire la paix

 

En réponse à la destruction massive du patrimoine culturel dans les zones en conflit, le monde a décidé de se rassembler.

En 2017, à l'initiative de la France et des Emirats Arabes Unis (EAU), très vite rejoints par d'autres Etats et partenaires privés, l'Alliance internationale pour la protection du patrimoine dans les zones en conflit (ALIPH), dont l'acronyme désigne la première lettre de l'alphabet arabe, a été créée afin de protéger concrètement les sites, musées, monuments et collections menacés par les conflits.

 

ALIPH, c’est :

·         Une réponse à la barbarie

·         Une alliance en vue d’unir les bonnes volontés

·         A la fois une fondation privée et une organisation internationale

·         Un instrument financier, mais aussi une source d’expertise scientifique

·         Un ancrage local à travers les réponses apportées aux besoins de terrain et le travail mené avec les partenaires locaux

·         Un soutien allant de l'aide d'urgence immédiate à celui apporté à des projets de réhabilitation à grande échelle

Objectifs

ALIPH est aujourd’hui le seul fonds mondial exclusivement consacré à la protection du patrimoine dans les zones en conflit. En vertu de ses statuts, la fondation a en effet pour but « d'attirer, de mobiliser, de gérer et de distribuer des ressources pour la mise en œuvre de programmes de prévention et la protection en urgence de biens culturels menacés de destruction, de dommages ou de pillages en raison d’un conflit armé et pour participer à leur réhabilitation ». Les biens culturels entrant dans le champ d’action de la Fondation sont ceux définis comme tels par l'article 1er de la Convention pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé, signée à La Haye le 14 mai 1954.

 

Actions

La vocation d’ALIPH, c’est de soutenir la mise en œuvre de projets concrets. Ainsi, en juin dernier, ALIPH a décidé d'apporter un soutien financier à cinq projets : la réhabilitation du Musée de Mossoul et celle du Monastère de Mar Behnam (Irak), la restauration du Tombeau des Askia à Gao (Mali), un programme de formation sur l'architecture de terre à Abou Dabi et Oman, et l’exposition de sensibilisation au patrimoine en danger, intitulée « Cités millénaires », à l’Institut du Monde Arabe (Paris). Ces choix ont été guidés par la qualité des projets et la volonté de protéger le patrimoine culturel dans sa diversité.

 

ALIPH ambitionne également d’être en mesure de couvrir la diversité des besoins sur le terrain. En janvier 2019, ALIPH lancera un appel à projets en vue de soutenir des initiatives de toutes tailles, y compris pluriannuels - comme les prochaines étapes du projet de réhabilitation du Musée de Mossoul - visant à prévenir, protéger, réhabiliter ou restaurer le patrimoine culturel. Par ailleurs, d’ores et déjà, ALIPH a mis en place une procédure lui permettant de soutenir rapidement des mesures d’urgence, comme celles visant à écarter un risque imminent d’atteinte à l’intégrité d’une collection ou d'effondrement d'un monument.

L'objectif d’ALIPH est de travailler en étroite collaboration, en amont et en aval, avec les autorités et partenaires locaux.

 

Gouvernance

ALIPH est une fondation sans but lucratif, jouissant d’un accord de siège avec le Conseil fédéral suisse lui garantissant le statut d’organisation internationale.

ALIPH est l’expression d’une « alliance » entre plusieurs Etats et partenaires privés. Son Conseil de fondation, présidé par le Dr. Thomas S. Kaplan, entrepreneur et philanthrope américain, et vice-présidé par M. Mohamed Al Mubarak, Président de l’Autorité de la Culture et du Tourisme d’Abou Dabi et représentant des EAU, comprend les représentants des premiers pays donateurs (EAU, France, Arabie Saoudite, Koweït, Maroc, Luxembourg et Chine), et de la Fondation Andrew W. Mellon, ainsi que deux donateurs privés, deux experts internationaux, des représentants de la Suisse, qui fournit une assistance en nature, et de l’UNESCO, le Président du Comité scientifique et le Directeur exécutif.

Son Comité scientifique, composé d'experts du patrimoine culturel et des musées issus de différents pays, est présidé par M. Jean-Luc Martinez, Président-Directeur du Musée du Louvre.

Son Secrétariat est basé à Genève. Son organisation en mode startup garantit souplesse et réactivité.

 

Financement

ALIPH bénéficie d’ores et déjà d’un budget significatif (77,5 millions de dollars de promesses de dons), qui devrait s’amplifier grâce au développement de partenariats avec de nouveaux Etats, des organisations internationales ou régionales, et des donateurs privés, qu’il s’agisse de philanthropes, fondations ou entreprises.



Offres d'emploi


{l10n('vacancies.no_vacancies.title')}

Il n'y a actuellement pas de postes vacants.

Gardez un œil sur cette entreprise en l'ajoutant à vos favoris.

Évaluations


Actuellement aucune évaluation

Partagez votre expérience avec les autres candidats et soyez le premier à évaluer cette entreprise.

Soumettre une évaluation